Bénin

Un « Club » de quartier pour former et sensibiliser au gaspillage alimentaire

Osons parler de gaspillage alimentaire ! Tel est le mode d’ordre de l’ONG Jeunesse Sans Frontière Bénin (JSF Bénin), une des rares organisations ayant choisie de s’attaquer aux comportements des citoyens-consommateurs, générateurs d’un gaspillage « inutile et intolérable ». Rencontre avec les responsables de JSF Bénin qui nous partagent leur vision du sujet et les actions qu’ils mènent au quotidien dans un quartier de Cotonou.

Lire la suite

Centre Songhaï : l’action par l’exemple

Bien connu en Afrique de l’Ouest, le Centre Songhaï est un modèle d’agriculture durable. Créé en 1985 par le père Godfrey Nzamujo, il s’est développé autour d’une équation simple « rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme ».

C’est à 50 km de Cotonou, au beau milieu d’un environnement agricole fertile mais encore peu développé, que s’est installée cette ferme expérimentale de 19ha. Un centre de recherche et de formation qui allie production agricole et durabilité des systèmes. Un mot y est banni : les déchets.

Lire la suite

Une jeunesse formée qui transforme

Sandrine, Enderson et Norbert, ils ont entre 20 et 30 et incarnent la jeunesse béninoise à la recherche de solutions pour réduire le gaspillage alimentaire. Fraichement diplômé, en stage de fin d’étude ou actif depuis quelques années, ces jeunes entrepreneurs en devenir ont décidé de rejoindre l’initiative Youth Entrepreneurs Partners.Ce programme, appuyé par le gouvernement américain et lancé au Bénin en 2014, vise à transformer les idées en projets et les projets en entreprises

Lire la suite

Pédaler pour moins jeter

« Parfois, j’en pleure ». C’est ainsi que Martin Tohou rencontré à Bohicon, dans le centre du Bénin, parle du gaspillage qu’il observe au quotidien. Responsable de l’ONG GRAAB, qui travaille entre autre sur le développement d’une agriculture familiale respectueuse de l’environnement, Martin a une vision systémique de l’agriculture. Et le gaspillage alimentaire n’a pas sa place dans le système. Pour lui l’organisation de la commercialisation pose problème dans les milieux ruraux, et les femmes marailleuses – qui s’occupent majoritairement de la vente- ont une grande part de responsabilité.

Lire la suite