ITA – de la recherche-action pour valoriser les productions sénégalaises

Certes, la transformation des produits alimentaires – pourtant indispensable- est encore trop peu développée en Afrique de l’Ouest. Mais cela ne veut pas dire que l’on n’y trouve pas d’initiative inspirante ! Visité à Dakar, l’Institut de Technologie Alimentaire développe des solutions de réduction des pertes post-récoltes et les implémente à travers tout le Sénégal.

L’Institut est bien plus qu’un centre de recherche. Il mise sur le transfert de compétences pour pérenniser les technologies développées. Formation, suivi et actualisation des savoir-faire, suivi de la qualité… permettent l’appropriation locale de technologies et méthodes mises en œuvre au sein de l’Institut. D’ailleurs, le Fond National de Recherche Agronomique dans lequel l’Institut puise une grande partie de ses financements, accompagne uniquement les projets qui se traduisent par une mise en œuvre concrète. L’ensemble de ces projets visent à utiliser des techniques de transformation agricole pour valoriser des productions locales délaissées ou des sous produits inexploités.

« Des initiatives qui contribuent significativement à réduire les pertes mais participent aussi à la création d’emplois dans les régions. »

C’est ainsi qu’une usine située à Tambacounda (Est du Sénégal) produit depuis 2008 du vinaigre à base des surplus de bananes des producteurs. A Ziguinchor, capitale de la Casamance, une unité semi industrielle gérée par un GIE conçoit quant à elle du vinaigre à base de variétés de mangues habituellement non consommées car jugées trop filandreuses (photos ci-dessous). En Casamance encore, la Société de Fruits Séchés valorise des technologies de séchage (solaire ; artisanal ; mixte…) pour commercialiser depuis 2002 différentes gammes de fruits séchés. Ces initiatives contribuent significativement à réduire les pertes mais participent aussi à la création d’emplois dans les régions.

A chaque fois l’ITA a été le catalyseur et a permis le développement et l’implémentation de ces technologies. Mais l’Institut a encore beaucoup de projets dans les tuyaux. Entre le jus de pommes de cajous (aux qualités nutritionnelles très élevées), des technologies de clarification et de fabrication de boissons, de sirops, de confitures… de nombreuses initiatives devraient continuer à voir le jour à travers le pays. Ces projets s’insèrent de manière pertinente dans différents plans nationaux de développement agricole ce qui contribue à leur acception et à la facilitation de mise en œuvre. Reste cependant quelques freins inhérents au développement de la transformation agroalimentaire en Afrique de l’Ouest comme le manque d’emballages de qualité ou une commercialisation défaillante… qui doivent amener l’ITA à s’entourer d’acteurs compétents pour pérenniser son action.


 

Visite de l’unité de production de vinaigre de mangue – GIE Waare Productions 


 

Publicités

Un commentaire

  1. De belles initiatives!! Les solutions pour aller vers une agriculture moins gaspillante et créatrice de richesse pour un mieux etre des différents acteurs passent nécessairement par l’appui aux initiatives de transformations des productions agricoles. La lutte contre l’insécurité alimentaire doit aussi passer là.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s