Des voûtes nubiennes pour réduire les pertes

L’Association la Voûte Nubienne (AVN) propose depuis 2000 en Afrique de l’Ouest une solution de bâtiments solides, beaux, confortables et à forte efficacité énergétique. Inspirée d’un procédé architectural venu du Haut-Nil (Egypte), ces Voûtes Nubiennes nécessitent exclusivement des matériaux locaux largement disponibles – terre, cailloux et eau – et des compétences techniques relativement simples.

Ces constructions, initialement développées pour l’habitat, ont des qualités hydro-thermiques qui les rendent adaptées à d’autres types d’utilisation, et notamment au stockage de produits agricoles :

  • la température et l’humidité y sont stables ;
  • les températures intérieures moyennes sont largement inférieures à celle d’autres constructions ;
  • une sur-ventilation peut-être créée dans l’espace de stockage.

« L’année dernière, j’ai dû attendre que les gens partent aux cultures pour jeter mes sacs pourris.»

Le groupement de producteurs d’oignons de Ouonon, que nous avons rencontré au Nord Ouest du Burkina Faso, utilise trois bâtiments en voûtes nubiennes pour stocker leur production. Comme le précise le responsable du groupement M. Ouedraogo, « les difficultés de conservation et de vente sont le principaux problèmes des productions maraîchères, notamment l’oignon ». L’enjeu est donc de disposer de capacités de stockage permettant à la fois de limiter les pertes (tant en qualité qu’en quantité) mais aussi de vendre lorsque les prix ne sont pas trop bas. « Avec avec les techniques traditionnelles d’étalement dans les maisons ou dans les greniers, c’est entre 50% et 100% des productions qui étaient perdues. » rappelle M. Ouedraogo. Un des producteurs rencontré confie même que les dizaines de sacs qu’il stockait l’année dernière dans un grenier traditionnel ont été perdus à cause de la pluie.

« Avec les constructions en voûte nubienne, les pertes sont devenues minimes et les oignons gardent leur qualité. », un agriculteur burkinabé

Cette année, ce sont près d’une vingtaine de producteurs qui ont profité des constructions VN pour y stocker leur récolte. Et les résultats sont significatifs. « On a stocké six tonnes et ce qui a gâté ne représente pas plus de 500 kg » précise le responsable de la coopérative. Des pertes d’environ 10%, contre 30% à 40% dans des bâtiments classiques, qui démontrent les qualités hydro-thermiques de ces voûtes.

 

Ce stockage adapté permet de conserver les oignons jusqu’à 6 mois et de les revendre lorsque la demande est la plus forte. Le sac d’oignon s’est vendu cette année jusqu’à 35 000 FCFA (50€), contre 10 000 FCFA (15€) au moment des grandes récoltes.

Autre avantage notable, les constructions VN tiennent dans la durée et ne nécessitent pas d’être reconstruites chaque année comme les greniers traditionnels en paille.

Un ensemble d’économies et de bénéfices qui font des constructions VN « des solutions adaptées et rentables » comme en conclut un producteur d’oignon bénéficiaire.

Pour le coordinateur d’AVN au Burkina Faso « ces trois constructions de Ouonon ne sont que les premiers d’une série de bâtiments à usage agricole ou d’élevage réalisés en VN. » Une bonne nouvelle pour le futur, quand on sait qu’en ce mois de septembre la plupart des oignons disponible au marché sont hollandais ou marocains…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s