P4P : une solution intégrée pour valoriser les productions

Le Programme Alimentaire Mondial (PAM) n’est plus à présenter. Actif dans 91 pays, il est un acteur majeur de l’aide alimentaire mondial en nourrissant plus d’1Md de personnes. Son programme Purchase For Progress lancé suite à la crise alimentaire de 2008 a fait émerger des solutions locales et intégrées de réduction des pertes post-récoltes pour des milliers de producteurs africains.

Purchase For Progress (P4P) marque un tournant dans l’approche du PAM. Habituée à une aide alimentaire constituée de produits importés, l’organisation consacre désormais une partie de ses subventions aux achats directs locaux et au développement agricole dans ses pays d’intervention. Le programme P4P a un objectif clair : accroitre les revenus des producteurs locaux.

Au Burkina-Faso, l’un des 20 pays pilotes du programme, ce sont près de 240 000 agriculteurs qui sont membres de l’initiative. Regroupés en organisations paysannes, ces producteurs de sorgho, maïs et niébé, bénéficient des achats contractualisés du PAM – qui leur assurent un débouché pour leur production – mais aussi des projets de renforcement des capacités menés par l’organisation.

« Nous avions initialement focalisé le renforcement sur l’amélioration de la production mais nous nous sommes vite aperçus que les pertes post-récoltes étaient une priorité » explique Yves Aklamavo, coordinateur du P4P au Burkina-Faso, rencontré à Ouagadougou. Les pertes dans les champs, lors des étapes de stockage mais aussi lors de la mise en qualité – pour répondre aux normes d’achats du PAM et des acquéreurs partenaires – impactent parfois jusqu’à de 70% de la production : autant de revenu en moins pour les agriculteurs.

« Il y a des technologies peu couteuses et à porter de main »

Le PAM propose aux agriculteurs des ateliers sensibilisation/formation aux bonnes pratiques de conservation et transformation mais aussi l’accès à un panel de technologies de conservation. Silos en métal, silos plastique, sacs à triple fonds… une gamme de produits financièrement accessibles et simples d’utilisation, qui permettent d’isoler les denrées et d’augmenter la conservation en limitant l’oxygène. En fonction du type de sa spéculation, de sa capacité financière et de son volume de production, l’agriculteur choisit la solution la plus adaptée.

Pour les 172 producteurs qui ont testé ces technologies, le PAM a contribué à hauteur de 70% des investissements. « Les résultats de cette phase expérimentale sont sans appel : les pertes ont été réduites de près de 95% sur certaines spéculations ! » précise Yves Aklamavo.

Afin de pérenniser le système, le PAM accompagne des artisans locaux à la production de ces solutions de stockage pour permettre à terme la création de marchés autonomes.

Autre bénéfice du programme P4P : les agriculteurs membres qui ont contractualisé leur production obtiennent davantage de crédit auprès des installations de micro-finance. Selon le suivi et les évaluations du P4P au Burkina-Faso, le montant des prêts a été multiplié par 10 avec certaines institutions partenaires ! Une opportunité non négligeable quand on connaît la réticence des banques à financer le secteur agricole en Afrique.

Comme l’indique M. Aklamavo pour conclure « les pertes ne sont pas nouvelles, les technologies ne sont pas innovantes…mais cela redevient une priorité ». Une priorité telle que le ministère de l’agriculture burkinabais souhaite s’inspirer du P4P pour permettre aux agriculteurs membres des 30 000 autres organisations paysannes du pays de valoriser pleinement leur production.

Publicités

Un commentaire

  1. Dear YesFOODCan, it is very interesting to see that you have met M. Aklamavo, our WFP colleague coordinating the P4P intervention in Burkina, which is a pilot country for the implementation of a newly launched project, funded by the Swiss cooperation, and putting together FAO, IFAD and WFP to address food loos issues in three pilot countries (DRC and Uganda in addition to Burkina Faso). The project foresees also to share information and knowledge within a Commuty of Practice in the framework of the SAVE FOOD initiative. As the moderator of the CoP(www.fao.org/food-loss-reduction) I’m looking forward to reading more about your project and the experiences you can get in touch with along you journey.
    Francesca Gianfelici, moderator of the Community of Practic on Food Loss Reduction, Rome.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s