The Postharvest Education Fondation

Les organismes spécialisés dans les enjeux post-récoltes sont rares… Alors quand on en croise un qui, en plus, a des programmes intéressants, on a envie d’en parler.

La PostHarvest Education Foundation est un organisme spécialisé dans les activités post-récoltes et la réduction des pertes agricoles. Après une carrière de consultante de plus de vingt ans, Dr Lisa Kitinoja s’est lancée dans sa propre aventure en créant la Fondation en 2011 aux Etats-Unis « pour enseigner et transmettre aux jeunes agriculteurs à travers le monde comment réduire les pertes ».

L’objectif de cette équipe qui rassemble des experts et consultants bénévoles, est de mettre en place des programmes innovants pour mobiliser et sensibiliser le plus grand nombre à l’importance des activités post-récoltes dans les pays en développement.

La volonté de la Fondation est d’enseigner, de partager et de transférer des compétences localement et en prenant le temps auprès des communautés et acteurs rencontrés. La philosophie de la PostHarvest Education Foundation : être sur le terrain, au plus proche de ceux qui font le monde agricole. « Les grands bailleurs envoient leurs experts sur des périodes si courtes qu’il n’y a pas de renforcement des capacités ni d’expertise locale développée » affirme Dr Kitinoja avant d’ajouter : « pour le même prix que des experts internationaux, nous pouvons former dix personnes localement ! »

Ce transfert de compétences s’effectue au travers de formations et d’ateliers participatifs qui ont lieu dans le monde entier. Dr Kitinoja est d’ailleurs aujourd’hui à Bali pour cinq jours de formation sur les technologies et méthodes locales de réduction des pertes. Au delà de la théorie, des solutions concrètes sont présentées aux participants : meilleure maîtrise des indices de maturation des produits ; apport des emballages améliorés sur la durée de vie et la qualité des produits ; conception d’espaces de stockage adaptés et de séchoirs solaires ; maitrise de la chaine du froid par innovations locales…

Parmi les nombreux programmes de la Fondation, le « Global E-learning Program » accompagne sur un an vingt à trente jeunes acteurs du monde agricole des pays en développement (32 précisément en 2014 dont environ 1/3 d’Africains) – des jeunes ayant montré leur volonté d’apprendre des techniques innovantes pour réduire les pertes et valoriser pleinement les productions. Partage d’expertise, travaux de terrain, rapports thématiques, mentoring et e-learning sont au programme durant un an. En plus de cet accompagnement, les jeunes sont suivis (financièrement et techniquement) pour développer leur propre activité entrepreneuriale sur les thématiques post-récoltes.

Dr Kitinoja est convaincue de la nécessité de former et d’accompagner ces jeunes sur le terrain et sur le long terme pour en faire les experts de demain. « Ce doit être eux les nouveaux référents sur le sujet dans leur pays », indiquait-elle il y a quelques semaines dans une interview (http://greenisgoodradio.com).

La Fondation mène un travail de fond qui devrait porter ses fruits sur le moyen terme. Un travail qu’il est nécessaire de soutenir et d’accompagner. Dr Kitinoja apprécie de voir « que ces thématiques attirent de plus en plus l’attention à travers le monde » (cf Yes FOOD Can). Une mobilisation qui sera nécessaire quand on sait que les 30% à 50% de pertes annoncées par les rapports internationaux « sont en deçà des réalités des pays africains où les pertes peuvent s’élever à 80% voire 100% ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s